Famille Corbet

Généalogie de la famille Corbet, de Canteloup à Saint-Vaast-la-Hougue

Port de plaisance de Saint-Vaast-la-Hougue (Manche)
Législation

Service historique de la Défense de Cherbourg

Service historique de la Défense – Cherbourg – Photographie personnelle du vendredi 23 juin 2017

Le Service historique de la Défense (SHD) est le centre d’archives du ministère de la Défense et des forces armées françaises. Il a été créé par le décret no 2005-36 du 17 janvier 2005 modifié notamment par le décret no 2012-1232 du 5 novembre 2012. Ce service à compétence nationale est rattaché à la direction de la mémoire, du patrimoine et des archives, l’une des directions du Secrétariat général pour l’administration (SGA) du ministère de la Défense.

Le SHD comprend le Centre historique des archives de Vincennes et le Centre des archives de l’armement et du personnel de Châtellerault. Au total, il conserve près de 300 kilomètres linéaires d’archives, dont 100 km à Vincennes et 70 km à Châtellerault, ce qui en fait, en taille, le deuxième service d’archives de France.

Le SHD possède également l’une des bibliothèques les plus prestigieuses de France, qui compte plus d’un million de volumes, du XVe au XXIe siècle. Première bibliothèque d’Europe spécialisée en histoire militaire, elle conserve, outre des éditions rares et des reliures de luxe, de nombreux manuscrits – tel le cahier de géographie de Louis XVI enfant ou la Cosomographie universelle, selon les navigateurs tant anciens que modernes de Guillaume le Testu (1556) – ou encore des recueils originaux de cartes et de plans anciens.


Le Service historique de la Défense (SHD) de Cherbourg est implanté en face de l’Arsenal dans l’ancienne caserne de l’Abbaye, construite à la fin de l’Ancien Régime. Il est ouvert à tous, militaires et civils.

Le SHD de Cherbourg constitue l’un des échelons territoriaux du Service historique de la Défense dont la direction est installée au château de Vincennes, dans le Val-de-Marne.

Il a pour mission de collecter, classer, conserver et communiquer au public les documents produits par l’ensemble des services de la Marine implantés en région maritime Manche-Mer du Nord.

Service historique de la Marine

Héritier de la Direction des archives et bibliothèques du ministère de la Marine (créée au XVIIe siècle et située dans l’Hôtel de la Marine à Paris), le service historique de la Marine (SH/Mar ou SHM) est créé le 20 juillet 1919 et prend ses quartiers dans le tout nouveau bâtiment de l’avenue Octave-Gréard. L’accroissement significatif des fonds d’archives oblige le déménagement de l’échelon central vers le pavillon de la Reine du château de Vincennes, en 1974. Le SHM possède des antennes portuaires à Cherbourg, Brest, Lorient, Rochefort et Toulon.

Missions

Le service historique de la Défense assure, selon les termes mêmes du décret le constituant :

  • le contrôle scientifique et technique des archives courantes ;
  • le contrôle scientifique et technique, la collecte, la conservation et la gestion des archives intermédiaires de la défense qui relèvent de sa compétence, selon des modalités fixées par arrêté ;
  • la collecte, la conservation et la gestion des archives définitives de la défense ;
  • la collecte, la conservation et la gestion des autres documents qui sont attribués ou remis au ministère de la Défense, à titre onéreux ou gratuit ;
  • la communication des archives de la Défense et leur mise en valeur ;
  • l’instruction des demandes de communication, par dérogation, des archives de la Défense (…) ;
  • la gestion des bibliothèques patrimoniales qui relèvent de sa compétence ;
  • la gestion de la symbolique militaire.

Ce service contribue également aux travaux relatifs à l’histoire de la Défense.

1 commentaire

  1. Nous sommes allés vendredi 23 juin au matin au SHD. Nous y avons rencontré des personnes disponibles, accueillantes et compétentes dont la conservatrice des lieux. Nous avons pu consulter les registres des inscrits du commerce maritime et d’Etat. Ces documents, vieux de plus de 160 ans, étaient à manipuler avec précaution. Ceux ci, remplis à la plume avaient une couverture en cuir, dont les coins étaient en zinc clouté afin de les maintenir en état. Certains étaient maintenus par une sangle.
    Chaque marin était recensé par un matricule et il fallait changer de registre lorsqu’il passait de mousse en novice, de novice en matelot, par exemple.
    Nous avons constaté qu’un marin pouvait débuter à l’âge de 9 ans, 12 ans étant la majorité.
    Sur ces documents, nous y retrouvons moult informations sur un inscrit ( identité : père et mère, âge), sa description physique, son activité ( dates et lieux des embarquements et débarquements), noms des navires…

    Nous avons fait connaissance, à notre plus grande joie, d’un bénévole du site Cimarconet, Monsieur Vincent (http://www.unicaen.fr/ufr/histoire/cimarconet/), qui travaille en partenariat avec l’Université de Caen Normandie. Ces bénévoles font un travail de Titan, puisqu’ils reprennent chaque registre et font un relevé par personne. Ce qui est très facilitant pour les généalogistes !
    Chaque Corbet de Saint Vaast La Hougue possède sa propre fiche récapitulative.

    Les inventaires ont été réalisés pour Barfleur, Saint-Vaast-la-Hougue, Cherbourg et sont en cours pour Granville. La parution pour ces derniers n’interviendra pas avant deux bonnes années.

Info
Pour protéger votre vie privée, ne publiez aucune information personnelle, telle que votre adresse de messagerie, votre numéro de téléphone, votre clé de produit, votre mot de passe ou votre numéro de carte de crédit.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

204559a89585cd0cf434c29410d347f6|||||||||||||||||||||||||||||||